[Transcaucasie] – Préambule

06/07/2018

Transcaucasie ? Quézako ?

Drapeau_Armenie_Georgie

Drapeaux de l’Arménie et de la Géorgie

Nous voilà à quelques jours du départ pour une nouvelle chaîne de montagnes, le Caucase, et plus particulièrement le Caucase du Sud, encore dénommé la Transcaucasie.

Si la « Transalpina » était le nom que nous avions donné à notre traversée des Alpes à vélo l’an dernier, la Transcaucasie est avant tout une grande région, à cheval entre mers Noire à l’Ouest et Caspienne à l’Est. Une vaste étendue qui regroupe l’Arménie, le Géorgie et l’Azerbaïdjan. Par opposition au Caucase du Nord, ou Ciscaucasie, principalement russe, qui fut « légèrement » (!) mouvementé géopolitiquement ces dernières décennies…

A vélo, nous nous contenterons de visiter le Petit Caucase en Arménie et les contreforts du Grand Caucase en Géorgie, avec la Svanétie. En plus, ça tombe bien, la « Géorgie » se dit (en géorgien) « Sakartvelo » : un peu le pays du vélo, en somme !!!

Comme l’évoque Clara Arnaud (« Au détour du Caucase : conversation avec un cheval »), lors de son voyage à cheval en 2017 :

« L’Arménie est traversée par le Petit Caucase, partie occidentale de cette massive chaîne de montagnes. Pour la plupart des gens, le Caucase n’évoque pas grand chose. On le situe vaguement quelque part à l’orient de la Turquie (…). Les amateurs de géographies eurasiatiques savent que la région fut, à travers les époques, une zone de passage stratégique, de brassage culturel et économique, mais aussi un foyer de tensions. Y convergent notamment les intérêts turcs, russes, iraniens et américains. Les anthropologues connaissent son incroyable diversité ethnique et linguistique, les poètes et les rêveurs se pénètrent du fantasme de ses étendues verticales, des cimes blanchies par les glaciers. Mais soyons honnêtes, du Caucase, tout le monde s’en moque.
C’est cet oubli, sans doute, qui m’a trainé ici.
« 

Un « oubli », une absence de médiatisation autre que celle des conflits aux frontières, qui nous a donné également l’envie d’y venir à vélo, à notre tour.

Mais également une région au patrimoine culturel (et mythologique) très riche, que nous découvrirons au fil de jours :

  • dans la mythologie grecque, c’est sur le Mont Caucase (a priori peut-être le Kasbek géorgien à 5050 m) que Zeus enchaina Prométhée, dévoré par un aigle du Caucase ; c’est également en Colchide, l’actuelle Géorgie, que Jason et les Argonautes volèrent la Toison d’Or, alors que depuis toujours dans cette région, les orpailleurs de Svanétie utilisent des peaux de moutons pour piéger et récupérer l’or des rivières ;
  • plus tard ce sont les Chrétiens qui situent l’Arche de Noé sur le mont Ararat à la frontière turco-arménienne, alors que l’Arménie est le premier état (en 300 après J.-C.) à adopter la religion chrétienne ;
  • il y a 8000 ans, les géorgiens inventaient le vin. Ils sont depuis très portés sur la bouteille, ce qui pourrait expliquer leurs témoignages sur la présence de l’Almasty (ou Kaptar), sorte de yéti du Caucase, décrit depuis toujours dans les légendes locales !

Bref, des tas d’histoires à découvrir sur place,  ou bien à travers certaines lectures que nous emportons dans nos sacoches (voir plus tard la mise à jour de la page « Lectures » ) !

3 réflexions sur “[Transcaucasie] – Préambule

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s