Paracas

Mercredi 28 et jeudi 29 mai 2015

Nous quittons Lima aujourd’hui pour la réserve nationale de Paracas, au sud de Pisco. Paracas est un petit port de pêche qui s’est développé en petite station balnéaire, après un programme de reconstruction, suite au tremblement de terre de Pisco en 2007.

D’ailleurs, difficile d’oublier les séismes, tant les informations sont omniprésentes, dans tous les lieux publics, jusqu’à une « répet’  » générale prévue le 29 mai, et pour laquelle l’affichage est présent partout :

Nous choisissons de remonter les vélos directement à Paracas, et de shunter la liaison de panaméricaine entre Lima et Paracas, en prenant le bus de la compagnie Cruz del Sur, une des compagnies les plus « Sur », du Pérou ;). L’occasion de voir pour une dernière fois les publicités géantes qui tapissent la voie rapide principale :

Les vélos, encore emballés dans leurs cartons, et les sacoches, doivent partir le matin de manière échelonnée dans différents bus. Le premier départ aura  lieu à 6h du matin et se poursuivra jusqu’à 14 h, où nous partirons à notre tour. C’est Seb qui transporte tout à 5h du mat’ à la gare routiere de Lima.

Les enfants dorment durant tout le trajet, dans ce bus tout confort, avec sièges inclinables. A l’arrivée, petite gare en forme de paillote, et dans un coin, nous retrouvons bien toutes nos affaires arrivées progressivement toute la journée !

Levés à 6h30 ce matin, pas de soucis pour les enfants qui n’ont pas vraiment encore décallé leur rythme de sommeil : ils tombent de sommeil à 19h, et se réveillent vers 5 ou 6h. Nous prenons le bateau à 8h30 pour une matinée de bateau à travers les iles Ballestas.

On commence par observer du bateau le Chandelier, géoglyphe similaire a ceux de Nazca, mais non formellement daté. Il fait 170 m de long, et il est profond de 50 cm environ.

Img_1459

Les îles ont accumulé de grandes quantités de guano sur leur sol en raison de la forte présence de colonies d’oiseaux marins (forte concentration de poissons due a la remontée d’eaux froides, courant de Humboldt).

Le guano était exporté comme engrais jusqu’en Europe, aujourd’hui il est ramassé tous les 5 ans environ.

Excursion marine qui a enchanté les enfants, avec au programme : des traversées de tunnels rocheux, des otaries, des manchots, des pélicans, des sternes incas, et des dauphins.

Et pour terminer, les affiches qui tapissent partout Paracas, contre un projet de transformation du petit port de pêche en port industriel, à quelques kilomètres de la réserve :

Img_1569

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s