[Croatie] – Qui a dit que le kayak c’est pas gai ?

Mer adriatique – Iles du golfe de Kvarner – Croatie

Kayak, pagaie, pas gai… rooo, c’est bon, on pense que vous avez compris le jeu de mot « subtil » du titre de cet article…

Bref, oui, nous confirmons : voyager en kayak de mer, c’est vraiment sympa !

DSC00457_pano_33p_p

Bivouac sur l’île de Prvic

DSC00410m

Bivouac sur la côte est de Rab

Donc après le Queyras, direction la mer Adriatique.

Contrairement à une habitude prise depuis plusieurs années, nous n’avons pas voyagé à vélo cet été. Pour tout un tas de bonnes raisons !

Nous avions besoin de découvrir de nouveaux horizons. En effet, vivant en montagne, et ayant passé, depuis plusieurs années nos étés à vélo dans des régions montagneuses, soumis à des climats exigeants et parfois rigoureux, nous avions envie d’un peu de douceur !
Or, envisager un voyage à vélo loin des massifs montagneux, l’idée nous attire moins. C’est ainsi.
Donc pas de vélo.
Pas d’avion non plus. Nos grands, comme beaucoup de jeunes dans le monde, ayant « marché pour le climat » cet hiver, il fallait que notre destination soit cohérente avec certains idéaux. Alors pas de destination lointaine pour cette année, pour changer un peu, bien que nous ayons en réserve de beaux projets…

Mais pas question de renoncer pour autant à l’itinérance et aux bivouacs sauvages, que nous affectionnons tout particulièrement : en effet, quel bonheur de pouvoir dormir librement, où nous le désirons, sans savoir à l’avance où nous camperons le soir. Si ce concept était déstabilisant pour nos enfants quand ils étaient petits, pour nous, c’est bien cet aspect du voyage qui nous intéresse particulièrement.

Le kayak de mer fut rapidement envisagé comme moyen de transport alternatif au vélo-saccoche. En effet, le petit dernier sachant enfin réellement nager, de nouvelles possibilités s’offrent à nous. Une discussion cet hiver avec Johanna (Carnets d’Aventures), fit murir l’idée et la possibilité de voyager en kayak de mer, malgré notre méconnaissance de cette activité.

La kayak possède de nombreuses similitudes avec le vélo : une grande maniabilité associée à une bonne capacité de transport de matériel (dans les caissons prévus à cet effet dans l’embarcation), et une liberté de s’arrêter tout au long de la journée, dans des lieux souvent inaccessibles autrement que par la mer.

Les iles croates se sont révélées parfaitement adaptées à une initiation avec un enfant et deux ados : une mer relativement protégée des forts coups de vents et de la houle, une multitude de criques et de plages jalonnant notre parcours, des fonds marins très riches à observer, mais aussi … un peu de monde ! En effet, pour notre ainé, qui accepte toujours volontiers de voyager avec nous, l’isolement total dans-une-nature-sauvage-et-préservée-de-toute-trace-humaine, ça va quelques jours, mais au-delà, ça peut lui peser réellement ! Alors croiser des ports, quelques plages bondées, des connexions WiFi et une douche non salée, ça allait parfaitement !

Voici le récit de cette expérience d’un nouveau style, pour nous qui connaissions peu le milieu marin. Elle nous a enchantés et ouvert de nouveaux horizons pour les prochaines années :

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s