[Croatie] – Carnet pratique

kayakexplication.jpg

Vues en plan et coupes de nos kayaks.

Matériel
  • Les types de kayaks de mer

Nous avions deux types de kayak d’expédition (fermés avec jupes, et gouvernail) de la marque allemande Prijon, en Polyéthylène HTP (un bon compromis solidité, stabilité, vitesse) :

  • Prijon TourYak : kayak simple assez rapide mais moyennement stable (par rapport au double). 28 kg et environ 180 L de rangement (via 2 caissons plus ou moins étanches)
  • Prijon Excursion : kayak double moyennement rapide mais très stable (il faut le vouloir pour se retourner). 38 kg et environ 180 L de rangement (via 2 caissons plus ou moins étanches).

Notre grand de 15 ans disposait d’un kayak simple alors que chaque enfant plus jeune (8 et 12 ans) embarquait sur un kayak double avec un parent. À cinq personnes et 3 kayaks, il a fallu un peu optimiser l’équipement. Nous aurions manqué d’un peu de place (à l’intérieur) si nous avions dû transporter plus de 4 jours de nourriture et d’eau. La configuration était idéale pour ce type de navigation estivale. En configuration « froide » ou pour de plus longues périodes d’autonomie, le kayak simple semble s’imposer pour disposer de suffisamment de rangement… ou bien il faut encore réduire les bagages avec une configuration familiale !

  • La location de kayaks de mer chez Seakayak Croatia

Nous avons loué nos kayaks chez Sea Kayak Croatia, société basée à Rab, et qui possède une annexe dans l’archipel des Kornati pendant la période estivale. Les structures qui louent à des particuliers des kayaks « fermés » (d’expédition) ne sont pas légions ; on trouve plus facilement à louer des kayaks grand public de type sit-on-top. Yogi a fondé sa société il y a une dizaine d’années, en s’appuyant sur plusieurs guides internationaux et sa femme Sanela. Même si l’essentiel de son travail consiste à guider des groupes en kayak, le grand nombre de kayak à sa disposition lui permet également d’en louer.

Merci à Sea Kayak Croatia de louer du matériel de qualité pour les individuels, comme nous. Le tarif est légèrement dégressif. Pour 10 jours, cela nous a couté environ 100 €/jour pour la famille (3  kayaks). Si besoin, Yogi peut louer également le matériel de camping.

Même si nous avions scrupuleusement préparé le parcours (et notamment la localisation des plages et autres abris existants sur les côtes), un autre guide de chez Sea Kayak, Luka, ainsi que Sanela, nous ont bien briefé et conseillé, avant le départ, pour tenir compte des conditions du moment.

Parcours

Initialement, après avoir lu de nombreux compte-rendus sur Crès, nous envisagions de longer les cotes de cette ile toute étirée. En cherchant un loueur de kayaks, nous sommes tombés sur Sea Kayak Croatia qui présentait également quelques parcours sur son site internet. Nous nous sommes donc fortement inspirés du parcours Northern Delight, auquel nous avons ajouté le tour de l’ile de Rab. https://seakayak.hr/index.php/our-packages/8-expedition-trips/15-6-islands

Au final, nous avons parcouru environ 140 km en 10 jours lors de cette traversée, sans compter le retour avec les kayaks dans le ferry. La longueur des étapes variaient de 12 à 20 km/jour, au gré des envies et des sites de bivouac.

Ravitaillement

Sur notre parcours, nous avons réussi à trouver de l’eau et du ravitaillement, au moins tous les 20-25 km. En cas de difficulté, ne pas hésiter à accoster et à demander auprès de maisons individuelles. Si vous utilisez l’eau de mer pour la cuisson, attention de la prendre dans des zones pas trop fréquentées ; et ne pas mettre plus de 20% d’eau de mer, sinon ça risque d’être trop salé !

Bivouac, camping et logement sur les iles croates

Sur cette partie de la cote croate, les campings ne sont pas très attirants pour les amateurs de nature. Ce sont généralement des usines à touristes, bondés, dans lesquels il ne faut pas avoir peur de la promiscuité, et dont le tarif est prohibitif : 70-80 euros/nuit pour nous 5 et ils prennent rarement de réservation en dessous de 3 nuits… En kayak, vous l’aurez compris, privilégiez le bivouac même s’il semble interdit en théorie (?).

Sur les iles et notamment sur celle de Rab, de nombreux particuliers ont aménagé leur logement pour créer un appartement qu’ils peuvent louer à la belle saison. En dehors de la très haute saison (le mois d’août), le nombre d’offres est supérieur à la demande et il est possible de trouver de grands appartements (pour 5 avec 2 pièces, 1 salle de bain et 1 cuisine) pour moins de 50 euros, c’est-à-dire bien moins cher que le camping bondé ! Ça peut être un bon plan avant ou après le trip en kayak.

Sécurité, santé
  • Les petites bêtes rencontrées

Dans les iles croates, point d’ours bruns comme dans les forêts de la chaine côtière des montagnes karstiques du Vélébit.

Sur terre, nous avons croisé un scorpion juvénile, un serpent, des lièvres, quelques rats (ou assimilés) et surtout des moutons ensauvagés, à la recherche de maigres pâturages. Comme sur la côte Nord-Est de Crès (vers Beli), la côte Sud-Ouest de Plavnik est le domaine du vautour fauve qui niche dans les falaises.

En mer, de façon surprenante, nous n’avons rencontré aucune méduse. Bien penser à être chaussé pour aller se baigner car les oursins sont largement représentés dans ces eaux souvent claires et poissonneuses. Plus tôt en saison, les rencontres avec les dauphins sont possibles mais en plein été, le trafic de bateau éloigne ces cétacés  des côtes.

  • Matériel de sécurité et moyen de communication

En cas de coup de fatigue, nous avions une corde de remorquage (15 m).

Nous n’avions pas acheté de cartes SIM locales (opérateurs locaux : A1 or T-com). C’est probablement un tort car nous avons eu du mal à trouver du réseau.

En cas de difficulté, il est souvent possible de héler un bateau de passage pour demander de l’aide, ce qui limite les risques liés à l’isolement.

  • Prévisions météorologiques

On trouve des prévisions météos avec des portées de plus d’une semaine. Comme souvent, on restera très critique sur les prévisions à plus de 3 jours. De plus, compte tenu des rapides changements de temps dans ces mers chaudes, il est bon de vérifier la météo tous les jours.

aladin

Sortie graphique du modèle ALADIN pour le vent, sur le golfe de Kvarner

Ferry 

Nous avons pris uniquement des car-ferry de la compagnie nationale Jadrolinja (Merag->Valbiska et Valbiska->Lopar). Pendant la haute-saison, bien arriver une demi-heure avant l’horaire de départ car il peut y avoir du monde. Les trajets sont plutôt bon marché (environ 5€/adulte pour la traversée d’1h20 entre Valbiska et Lopar) et légèrement dégressif avec la distance. En général, pas de soucis pour embarquer des kayaks, même s’il est bon de s’enquérir de la procédure à suivre auprès du personnel naviguant. L’embarquement du kayak coute le même prix que pour le vélo, soit environ le prix d’un adulte. Les enfants de 3 à 12 ans paient moitié prix.

Il semble possible de mettre les vélos dans les bateaux rapides (catamaran) qui ne prennent pas de voitures. Nous n’avons pas réussi à savoir si c’était également possible d’embarquer des kayaks.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s