Les îles Chausey et le Mont Saint Michel, en petites foulées !

… où comment revisiter deux sites emblématiques de Normandie.

Décembre 2018

Avec : Ariane & Seb

DSC08608m

Mais qui se cache derrière cet épais brouillard ?!

Les iles granitiques de l’archipel de Chausey (le plus vaste d’Europe) ont servi de carrière pour de nombreuses constructions dans la région (comme le port de Granville), mais la plus notable est celle du Mont Saint Michel, qui s’est étalée sur plusieurs siècles. Depuis le bateau qui nous conduit à Chausey, on peut voir la silhouette du Mont, tout au fond de la baie (à droite sur la photo) :

Il était donc intéressant de parcourir ces deux sites normands afin de revivre l’histoire qui les unit. Et c’est en courant que nous l’avons fait, afin que Seb puisse reprendre doucement le sport après une opération quelques semaines plus tôt.

Partis de Granville en bateau, ce sont les horaires des marées qui nous ont dictés le temps disponible à passer sur l’île : 2 h, pas une minute de plus, sous peine d’attendre le prochain bateau le lendemain ! Mais un délai suffisant pour quitter le débarcadère de Chausey en petites foulées, et réaliser plusieurs tours et traversées de l’île (le temps frisquet, malgré le soleil, n’incitant pas vraiment au farniente !).

Difficile de s’imaginer que l’archipel fut une immense carrière à ciel ouvert durant plusieurs siècles. Jusqu’à 500 carriers travaillaient ici, les barques étaient chargées de blocs de granite à marée basse, puis elles rejoignaient la baie du Mont Saint Michel à marée haute, à environ 19 miles (35 km). Quelques traces subsistent pour les connaisseurs, mais il faut être attentif (voir ici) : des fronts de tailles vers le sémaphore, de nombreuses plateformes près du phare, où sont maintenant construites des maisons, et bien sur, les cavités du Fort.

DSC08442m

Granite de Chausey

DSC08441m

Les plate-formes des carrières de granite, sous la phare, au sur de la Grande Ile

Visite en images de la Grande Ile :

Si le granite était transporté par voie maritime, nous, c’est par la terre ferme que nous rejoignons le Mont Saint Michel.

Mais ici, le temps est bien différent qu’à Chausey : un brouillard tenace et un froid glacial nous accompagne durant notre escapade, nous interdisant de voir en entier la « Merveille ». Après un circuit bien humide le long des polders, à côté de moutons de pré-salés engourdis, nous rentrons vite nous mettre au chaud ! Nous n’avons même pas le courage d’aller visiter l’intérieur du Mont…

Frustrés de ne pas avoir vu le Mont Saint Michel, nous redécouvrons avec plaisir les photos de Seb, prises il y a déjà quelques années déjà, en argentique 😉 :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s