Taillefer et Grand Renaud : VTT-ski !

Du 8 au 10 juin 2018

Avec : Seb

Le temps passe vite chez TSAGA au mois de juin, mais retour sur une belle sortie en VTT-ski de Seb :

Ski de rando ou VTT ? Pourquoi choisir ? Une traversée du secteur Taillefer-Romanche, en skiant deux versants Nord qui conservent la neige longtemps, en descendant en VTT deux singles d’anthologie, et en dormant dans deux cabanes sauvages. Le concept du vélo-ski, version wilderness…

« Voici l’espace. Voici l’air pur. Voici le silence.
Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves.
Tout ce qui vous manque dans les villes.
Est ici réservé pour votre joie. »

Cet extrait d’un poème de Samivel est un bon résumé du grand week-end que j’ai passé en montagne.

Voir également CR Skitour.

J’aime bien la fin de saison de ski, les fleurs s’épanouissent dans les prairies alors qu’il reste, en altitude, de belles combes enneigées propices à du ski de printemps. Ce week-end, l’idée était de pousser le concept du vélo-ski un peu plus loin que lors de ma dernière sortie de ce type, en allant skier des sommets enneigés tardivement (Taillefer, Grand Renaud et Pic du Col d’Ornon), et surtout en essayant au passage d’en profiter pour faire du « vrai » VTT  (descentes de la « Malaine » et du « Chemin du facteur »), au-dessus de Bourg-d’Oisans.

Grosse incertitude sur le fait de pouvoir prendre du plaisir lors des descentes techniques en VTT ?

Restait aussi à trouver les « bonnes » conditions nivo-météorologiques, dans un contexte de printemps particulièrement humide et perturbé : pas assez de neige et je risque de me trimbaler les skis pour rien ; trop de neige et la traversée du plateau du Fourchu sera galère à vélo.

Le programme du WE :

Vendredi 8 juin aprem J1 (D+ 1900 m) : Montée au Poursollet par la Morte (route agréable, pente < 6-8%) puis traversée du plateau du Fourchu (en passant par la piste presque intégralement roulable de la Barrière). Nuit à la bergerie de la Jasse sous le Pas des Envious,

Samedi 9 juin J2 (D+ 2500 m) : boucle dans le versant Nord du Taillefer (montée par le col Est et descente col Ouest) puis descente en VTT par le refuge du Taillefer, le single de la Buffe (T2+), Oulles, puis descente finale par le fameux single de la Malaine (T3). Remontée en vélo jusqu’à Villard-Reymond (pente 7-9%)-> Villard-Notre Dame dessus > Remontée à pied jusqu’à la cabane de Pierre grosse (2290 m) dans un environnement particulièrement sauvage.

Dimanche 10 juin J3 (D+ : 1000 m) : Ski vers le Grand Renaud (3.2) et le Pic du Col d’Ornon. Remontée herbeuse peu roulante pour aller descendre le single du Cruc sous la Croix du Carrelet (T4, trop difficile en VTT-ski !), Col du Solude, puis enfin et surtout descente en VTT-ski du chemin du facteur (T3, on shunte les épingles T4 du haut par un single-piste T2). Retour par la vallée de Romanche, en évitant autant que possible la grande route.

Au final, des conditions presque optimales ce week-end, même si un peu plus de regel aurait pu être appréciable pour la partie ski.

Pour ceux qui aimeraient se lancer dans ce type d’expérience (VTT-ski), bien avoir en tête que le plaisir est très lié au poids porté (par le vélo et/ou le bonhomme). Quelques petites règles issues de mon expérience perso :

  • L’idée du bivouac est tentante pour aller jusqu’au bout du concept de wilderness. Cela nécessite néanmoins un peu de matériel pour dormir sans avoir froid. L’utilisation de cabanes équipées (matelas, réchaud, …) est néanmoins un bon compromis poids/confort,
  • Du bon matériel VTT est indispensable, en sachant que je trouve plus facile d’équiper un semi-rigide qu’un tout suspendu. En montée je mettais mon sac à dos sur les skis+chaussures, alors qu’à la descente je portais ce sac sur le dos pour soulager le vélo et ainsi piloter plus fidèlement le vélo,
  • Être en autonomie sur plusieurs jours peut conduire à des sacs lourds. Ici, petit ravito possible (dépôt de pain, fromages) à Villard-Reymond (Gîte de l’eau blanche tenu par les sympathiques Sylvie et Bruno) où j’en ai profité pour déguster un savoureux fondant au chocolat.

Au final, un week-end très réussi avec du vrai plaisir en VTT à la descente. Bon, même si perso je ne suis pas un grand technicien, inutile de rappeler qu’il faut quand même un niveau minimum pour prendre du plaisir sur ce genre de sentier… En temps normal, je pense que je suis capable de passer sur le vélo 80 à 90% d’épingles de la Malaine et du Chemin du facteur de Bourg d’Oisans. Là, en configuration VTT-ski, je pense en avoir passé environ les trois quarts avec… grand plaisir !

Mission réussie même si les jambes tirent un peu (5500 m de D+ en 48h).

Les topos de VTT associés :

 

Quelques constats et retours d’expérience non exhaustifs, suite à mon passage à vélo dans la basse vallée de la Romanche :

C’est vrai que l’hiver, cette ancienne vallée industrielle est particulièrement austère. Les projets d’aménagements cyclopédiques existent mais tardent à se concrétiser car non prioritaires par rapport à d’autres projets (aménagement hydro-électrique de Romanche-Gavet, lutte contre les inondations du SYMBHI, …). Il y a pourtant un beau potentiel, entre Bourg-d’Oisans et Vizille, presque tout en descente modérée, et qui pourrait se coupler par exemple avec une montée en bus (qui existe déjà).

  • Entre Bourg-d’Oisans et La Paute, il existe la piste « de graviers » des Alberts, plutôt agréable (même s’il y a quelques passages moins bien drainées). Cette piste permet d’éviter la route principale,
  • Entre La Paute et Pont Rouge (Rochetaillée), la digue rive gauche de la Lignare puis de la Romanche vient d’être revêtue d’un bel enrobé. Très agréable, même si une ligne électrique disgracieuse surmonte cette piste. À partir du moment où la ligne électrique quitte la digue, un ou deux sites de bivouac potentiels,
  • Entre Pont Rouge et le Pont de la Véna, il semble désormais possible de traverser la Romanche puis l’Eau d’Olle pour rejoindre sa rive droite jusqu’à passer sous la cascade du Baton puis passer à travers les nouveaux aménagements EDF de prise d’eau du projet Romanche-Gavet. En tous cas, la rive gauche de la Romanche, n’est pas muni de digue « circulable » dans ce secteur,
  • Globalement les tronçons routiers nouvellement réalisés intègrent une piste cyclable, malheureusement accolée aux voies à grande vitesse et sans protection spécifique (aucune séparation physique),
  • Il est conseillé de quitter l’axe principal, au moins pour traverser les villages (endormis) de Gavet et de Séchilienne (nombreuses fontaines), pour avoir un aperçu représentatif de ces lieux de « vie » (sic !),
  • A l’heure actuelle, il ne semble pas possible de rejoindre le petit bout de piste cyclable qui passe en tunnel sous la 4 voies qui remonte légèrement (au droit des Ruines de Séchilienne) depuis la sortie aval de Séchilienne, sans rouler à vélo à contre-sens sur la 4 voies (à ne pas faire !) ! À noter que le terrain de sport de Saint-Barthélémy de Séchilienne (rive gauche, le long de la Romanche) pourrait faire office de site de bivouac (eau, terrain plat),
  • Le sauvage secteur de l’Ile Falcon (rive gauche) ne semble toujours pas traversable en passant par les belles petites pistes et routes, en passant par centrale électrique du lac Mort et le champ captant de Jouchy, car il manquerait juste une petite passerelle pour traverser le ruisseau lorsque la centrale est en train de turbiner (en dehors de cette période on doit pouvoir traverser à gué, avec précaution). Cela permettrait d’éviter près de 3 km de route (peut-être la plus dangereuse de toute la Basse-Romanche, car absence de piste cyclable).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s